Mon petit tour d'Asie du Sud Est

30 juin 2011

Les regrets...:(

Malheureusement qq regrets, mais ouf ils ne sont pas noimbreux!

 

- Ne pas être allée aux chutes Tat Kuang Si près de Luang Prabang (Laos)

- Avoir finalement zappé, après moult réflexions, la grotte Kong Lo (7,5 km de grotte parcourus en bateau) près de Tah Khek (Laos)

- Ne pas avoir pu randonner jusqu’à Penang Hill (Malaisie)

- Avoir du abréger le Cambodge

- Avoir raté le nouvel an chinois et le nouvel an bouddhiste (buen trabajo !!), mais quelle quiche!

- Le Bromo et le Kawah Ijen sur Java, pas motivée pas motivée hein !

- THE leçon du voyage : la prochaine fois je prendrai plus mon temps dans chaque pays, rien ne sert de courir (sinon on est fatigué….ça c’est puissant !)

 

Posté par Nyota254 à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les incontournables!

En Asie du Sud Est, y a des incontournables et je pense que tous les voyageurs en SEA seront d'accord avec moi! 

-          Le scooter, véhicule par excellence en Asie du Sud Est, sert à tout : transporter la famille (jusqu’à 6 personnes !), les marchandises, le poisson, les bouteilles de gaz, les meubles, les sacs….j’ai conduit pour la 1ere fois au Laos, et ma foi je me suis épatée ! C’est quand même top le scoot, sauf quand ça tombe en panne (et encore, y a toujours qqn dans les 500m pour t’aider)

-          Tuk tuk miss, transport miss…..un harcèlement quasi permanent dans les grandes villes pour se faire transporter, ce qui nous amène au point suivant

-          Marcher ? mais pourquoi vous voulez marcher alors qu’il y a plein de transports ? La marche n’est pas (n’est plus) de mise ici, c’est la loose d’utiliser ses jambes, c’est pour les pauvres, et ça énerve les chauffeurs de tuk tuks et de motos, et les guides qui voudraient vous faire voir le lever du soleil à 5km d’ici en y allant en moto….Je l’avoue, je suis la ruine incarnée pour les chauffeurs en tous genres !

-          Les nouilles, le riz, sautés, frits, avec de la viande, des légumes, du poisson, des œufs…que l’on peut manger à presque toute heure du jour et de la nuit (sauf au Laos !). La palme revient bien sur à la Thaïlande, où l’on peut manger un excellent Pad Thai 5 min après avoir commandé. Excellent point aussi pour la cuisine de Nyonya (maman) à Singapour, et à Melaka et Penang en Malaisie.

-          Le téléphone portable (sauf en Birmanie, ouf, pourvu que ça reste comme ça !), comme dirait le Lonely « une moitié du pays passe son temps à textoter l’autre moitié du pays »….c’est à peu près ça dans tous les pays ou conversations et pianotage sont devenus une activité qui prend des heures, sauf peut être le Laos ou ils sont moins accros, et surtout, surtout, ils ne connaissent pas la fonction vibreur !!!

-          Le thé, qu’on trouve presque de partout, et surtout le café « 3 in 1 » avec café sucre et lait

-          Les pancakes à la banane, le must du backpacker, c’est bon et ça tient au ventre. Le champion, celui de Dieng, on aurait dit un gâteau, tu manges ça au petit déj t’as pas besoin de déjeuner ! (ceux de Nong Khiaw étaient pas mal non plus !)

-          Les frangipaniers et leurs milliers de fleurs blanches, qui embellissent à volonté routes, jardins et plages, et toutes les autres fleurs, et tous les arbres, et toute cette verdure, un jardin géant en permanence…au final, je crois que c’est ce qui me manquera le plus de retour en France !

 

 

 

 

 

Posté par Nyota254 à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mes coups de coeur

Quels ont été mes coups de coeur au cours de ce voyage?

 

-          Les journées à Mandalay et à Sagaing (Birmanie) avec les moines et les nonnes

-          Le trek de Inle à Kalaw (Birmanie), la nuit au monastère

-          Le bungalow sur la rivière Kwai (Thailande)

-          Les villages autour de Pai et Mae Hong Son (Thailande)

-          La pêche à Nong Khiaw avec Sommit, Seb et Pascale (Laos)

-          Champasak, Don Daeng et Don Khong (Laos)

-          Le séjour à Chi Phat dans les Cardamom Mountains (cambodge)

-          Kampot, son poivre et son sel (Cambodge)

-          Pursat et le Community villa restaurant (Cambodge)

-          Les sourires birmans et cambodgiens

-          Les Chocolate Hills et Carmen au cœur de Bohol (Philippines)

-          Pamilacan Island et son ambiance de village de pêcheurs (Philippines)

-          Siquijor, petits villages colorés et plages de rêve (Philippines)

-          La fiesta à Larena (Philippines)

-          Le plateau de Dieng, cultures en terrasses et cratères sulfureux à 2100m d’altitude (Java)

-          Et bien sur un immense merci à tous ceux que j’ai rencontré, et qui ont rendu mon voyage plus agréable : Tasja bien sur, avec 1 mois de folles aventures ensemble entre Laos et Cambodge ; Niki rencontrée dès mon arrivée en Birmanie ; Kyaw Min qui m’a accompagnée pendant 2 semaines en Birmanie ; Joan Pohny et Didi, et la petite Wei Ting à Georgetown en Malaisie, avec qui j’ai passé une semaine à mon arrivée, et qq jours avant mon départ ; les québécois Seb et Pascale, et Charle et son papa, pour l’humour et la bonne humeur québécois; Lauren, Thom et Lee Heng dans les Cardamom Mountains au Cambodge ; la famille du Community villa restaurant à Pursat au Cambodge; la famille Cesar qui m’a accueillie à Carmen aux Philippines ; Roger avec qui j’ai passé peu de temps à Siquijor aux Philippines mais avec qui on partage encore beaucoup de choses ; Aurelia et Noémie, rencontrées à mon arrivée à Bali, qui m’ont remis du baume au cœur ; les hollandais de Jasri sur Bali, qui m’ont accueillie comme leur propre fille et ont pris soin de moi ; Lisbeth Olivier et Emma, et leurs collègues, qui m’ont si chaleureusement accueillie à Singapour.   

 

Posté par Nyota254 à 12:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 juin 2011

KL-Paris-Lyon!!

Paris, 9h du mat, 20°C….brrr les tongs c’est limite limite ! Ouh que ça fait bizarre, d’entendre parler que français (ça me fait à chaque fois lever la tête en pensant « tiens des français » !), de retourner dans une bonne vieille gare ! La gare de Lyon est nettement moins encombrée que la dernière fois où j’y étais, en décembre 2010, jour de grosse neige, et où qq milliers de personnes étaient entassées en attendant un improbable train !

Ca parait loin tout ça….dire qu’à ce moment là j’étais trop contente de quitter la France et son hiver trop précoce, à présent je suis contente de rentrer, contente d’être bientôt à la maison….

 

A la gare de la Part Dieu, ma copine Sabine m’attend avec un bouquet de fleurs….adorable Sabine, mais comment a-t-elle su que j’arrive ?! Je suis très contente de la voir, et elle me dit qu’elle n’est pas seule…dehors attendent 5 autres amis, mon canard (qui a tout préparé pour m’accueillir !), Aurélie, Fabrice, Olivier, Christophe…la surprise ! je ne m’y attendais pas, je m’apprêtais à rentrer à la maison et passer le WE en mode semi déprime, entre déballage de sac, lessive et courses au supermarché, que des réjouissances ! au lieu de ça, on a pris un verre au soleil des terrasses, on a fait une bouffe à la maison, un BBQ à la campagne chez Céline et Etienne (merci les amis !)….et surtout, JM et Christophe qui ont passé une partie du WE avec moi : visite de Lyon (quelle joie de retrouver sa ville, surtout sous ce soleil !), Fourvière, bouchon dans le Vieux Lyon, glace chez Nardonne….c’est cool la vie ici !

Un grand merci à tous pour cet accueil, je ne l’oublierai pas de sitôt, ça fait aussi partie du voyage !

 

gar_ons

Chris et mon Canard

 

chris

Chris et moi

 

fourviere

Théâtre antique de Fourvière

 

fourviere_et_les_photos

Fourvière et les affiches des concerts

Posté par Nyota254 à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2011

Les derniers jours....back to Penang et Kuala Lumpur

Je prends donc un bus pour rejoindre l’ile de Penang, la famille Tan est au courant et tout le monde m’attend ! Longue journée de bus, et je découvre que la Malaisie doit être bien classée dans la vente d’huile de palme : tout le trajet (environ la moitié du pays) est bordé de « champs » de palmiers à huile, je n’avais pas remarqué la 1ere fois, ça fait un paysage assez monotone mais surtout on pense à l’état du sol dans qq années, et à notre alimentation !

J’arrive en fin d’aprem et je reconnais assez bien les lieux, ça n’a pas changé en 6 mois. Je retrouve le « Ocean View » et l’appart du 6eme étage avec vue sur la piscine et la baie de Georgetown. Quelle joie de revoir tout le monde, la petite Wei Ting a bien grandi, fait couper ses cheveux, et parle encore mieux anglais. Je suis bien sur ravie de revoir maman Joan, qui me fait manger dès mon arrivée car elle trouve que j’ai maigri ! Ce sera comme ça pendant 4 jours pendant lesquels je vais passer mon temps à manger !

 

Ting_ting

Wei Ting en japonaise!

 

Ting_ting_2

 

Le WE se passera tranquillement à papoter, raconter mon voyage, jouer au Play Doh avec Wei Ting et profiter de la piscine ! La météo est bien meilleure qu’il y a 6 mois et il fait chaud, l’appel de la piscine est très fort, et puisqu’elle est là, autant en profiter. Comme d’hab, personne ne se baigne, ils ne savent pas la chance qu’ils ont !

 Je ne sais pas si c’est la perspective du retour et le fait de savoir que je vais reprendre le travail, mais j’ai une grosse flemme, ça tombe bien, je n’ai rien de spécial à faire alors je glandouille.

 

Le samedi soir, Joan et Didi me proposent d’aller au marché de nuit. Je croyais que c’était dans le quartier, mais on prend la voiture, alors je me dis que c’est un peu plus loin….et bien non, c’est bien à l’angle de la rue, et je pense que nous avons plus marché depuis l’endroit où nous nous sommes garées que si nous y étions allées à pieds ! Ah la voiture ! Ah la marche à pieds ! Le constat est bien le même de partout!

Le dimanche en fin d’après midi, Joan va à l’église (elle est catholique), je lui demande donc si je peux aller avec elle car je suis curieuse de savoir comment se passe une messe « à la chinoise ». Cela se passe dans un immeuble, dans une salle sans fenêtre, style salle de musique insonorisée. Il y a une scène et des chaises, et un groupe de chanteurs est en train de répéter. C’est très rock’n roll !

Ca commence par une série de chanson donc très rock’n roll, avec toujours « Ye su » dans les paroles (je ne comprends rien d’autre…) ; c’est un karaoké donc tout le monde peut chanter, et comme les idéogrammes chinois sont traduits en piyn, je peux chanter aussi (et reconnaitre le mot « Yesu »!).

Puis le pasteur dit la messe, et je suis remercier d’être venue y assister, tout le monde vient me serrer la main et me dire un mot gentil, c’est sympa ! Ca finit par une autre série de chansons, et tout cela est très festif, beaucoup plus joyeux que nos messes où l’on s’ennuie la plupart du temps !

 

Les jeunes du groupe me proposent d’aller diner avec eux au hawker, tous parlent très bien anglais et on passe une bonne fin de soirée. Ils me font gouter plein de spécialités de Penang, mon plat préféré étant définitivement des nouilles fines (ou "bihun", c'est comme des vermicelles mais longs) préparées avec des crevettes, de l’omelette et plein d’autres choses dont de la sauce d’huitres, qui donne un excellent gout au plat. Je me rends compte, au final, que la cuisine de Joan est assez typique de ce qui se fait sur l’ile, au début du voyage je ne m’étais pas trop posé la question, et c’est de la bonne cuisine familiale. Mhhhhh !

 

Mes 2 dernières journées à Georgetown seront consacrées à la re-visite de la ville et à la culture. J’aurai voulu pouvoir monter à Penang Hill, là où je ne suis pas allée la 1ere fois pour cause de bide en vrac, mais le jour où j’ai voulu y aller, le temps du matin était à la pluie….une heure après, il faisait grand beau, et ce jusqu’à la fin de journée !

C’est pas grave, j’ai fait culturel, se balader dans les rues de Georgetown est tellement agréable que ça peut bien remplacer Penang Hill ! Chinatown, Little India, l’esplanade, les bâtiments administratifs, les shop houses en tous genres….on ne s’ennuie jamais dans les rues de Georgetown, toujours qq chose pour attirer le regard et l’objectif de l’appareil photo !

 

Little_India

Little India

 

Chinatown_2

Dans un kongsi dans Chinatown...

 

Chinatown_3

 

Chinatown_4

Magasin typique

 

Chinatown_5

 

Chinatown_7

Façades traditionnelles

 

Chinatown

 

Chinatown_6

Y a encore de vieux horodateurs!

 

Durain

Durians, encore et toujours...beurk!

 

La ville me parait plus calme que la 1ere fois où je suis venue, où j’avais l’impression que tout était perpétuellement en bouchons….ou alors finalement ce n’est pas pire qu’ailleurs ! Mais non il y a définitivement moins de trafic cette fois ci. Enfin à Georgetown j’ai banni le bus, la ville se découvre très bien à pieds et j’ai trouvé le chemin pour aller et venir de la maison à pieds, c’est un peu long, mais, pour les derniers jours, ça permet d’accentuer mon bronzage !!

 

Bon c’est pas dans les musées que je vais bronzer mais ça fait quand même du bien de se mettre un peu au frais ! Outre les Kongsi, ces riches maisons traditionnelles chinoises qui servaient aussi de hall de rencontre pour le commerce, et qui sont très richement décorées, je suis allée, de nouveau, au musée Peranakan. J’y étais déjà allée à Singapour mais ici c’est différent, puisque c’est vraiment la reconstitution d’une riche demeure peranakan (je le rappelle, ce sont les chinois venus à Penang, Melaka et Singapour qui ont créé la culture peranakan en se mariant avec des malaises). A Singapour, c’était plus une exposition d’objets dans une grande demeure, ici c’est comme si rien n’avait bougé depuis des dizaines d’années. Une magnifique demeure, pleine de couleurs, de faïences, de belle vaisselle, de tableaux, de beaux meubles….avec un temple accolé à la maison.

 

Peranakan_mansion

 

Peranakan_mansion_2

 

J’ai aussi choisi de visiter le musée national de Penang, qui retrace le peuplement de l’ile, et décrit les différentes populations que l’on peut trouver, ainsi que leurs cultures (vêtements, habitations, mariage, travail…). Une fois de plus, un musée très intéressant puisqu’il explique beaucoup sur le peuplement de toute la côte ouest de la Malaisie, la culture de Penang étant similaire à celle de Melaka et de Singapour.

Je n’aurai malheureusement plus le temps de visiter d’autres musées, j’aurai voulu voir la « Maison Bleue », une riche demeure (bleue donc) d’un commerçant chinois qui est parti de 0. Ce sera pour une prochaine fois !

 

Blue_House

La Blue Mansion

 

Par contre, j’ai eu la chance de manger des plats typiques grâce à la fille de Joan, Winnie, qui m’a emmenée dans un très bon resto avec des amis à elle. Un resto où l’on mange du porridge de riz, le truc fadasse qui fait vraiment pas envie, mais il y a moult plats pour agrémenter le porridge, du porc séché et salé, du poisson, du bœuf cuisiné au poivre, des condiments, des légumes sautés, y avait même du requin ! Une bonne dernière semaine de cuisine asiatique !

 

Ma dernière matinée à Georgetown avant de reprendre le bus pour Kuala Lumpur se passe dans le salon à discuter avec Joan : le temps est à la pluie, je ne me baignerai pas une dernière fois avant de partir. Mais j’aime bien discuter avec Joan, elle n’a pas beaucoup de gens à qui se confier et me parle des problèmes avec ses filles (l’ambiance est un peu tendue à la maison depuis le retour de Ponhy), des voyages qu’elle a fait ces derniers mois, de Hong Kong où elle va aller bientôt, de ses rêves. Je lui montre les photos de Singapour où elle a passé de nombreuses années. Au moment de partir, elle a les larmes aux yeux, elle qui semble si forte, ça me fait bizarre. Je suis triste aussi de quitter la maison, Georgetown, Penang, surtout sous ce déluge, comme si la tristesse dans les cœurs se matérialisait sous forme de pluie….encore un trajet sous la pluie, en Malaisie, il y a eu un ou plusieurs orages à chaque fois que j’ai pris le bus.

 

Arrivée à KL en fin d’aprem sous le soleil, je m’installe dans une jolie maison ancienne dans Chinatown, je commence à connaitre un petit peu, c’est un peu comme revenir à la maison ! On peut dire que la boucle est bouclée, c’est la fin, retour à la case départ !

 

KL ne m’a jamais emballée, pourtant je suis sure qu’il y a plein de trucs sympas à faire, mais ce n’est pas le genre de capitale comme Bangkok où il y a plein de choses à visiter. Alors comme les fois précédentes je vais déambuler dans les rues autour de Chinatown, aller au fake market, dans Little India….il fait une chaleur assez étouffante, on ne dirait pas que je viens de passer une demi année au chaud, j’ai du mal à supporter ! Une fois mes derniers achats réalisés, je m’éloigne un peu pour aller visiter la grande mosquée, la plus grande d’Asie du Sud Est. Un immense bâtiment où marcher sur les sols en marbre devient un exercice de style après l’orage qu’il vient de faire. Ceci conjugué au fait que les femmes doivent porter une immense tunique avec capuche, dans laquelle je me prends les pieds (dans la tunique, pas la capuche !), c’est vraiment acrobatique !

Je suis très bien accueillie par 2 femmes qui me présentent la mosquée, moi qui n’ai jamais trop osé entrer dans une mosquée auparavant, ça me fait plaisir !

 

KL_1

Coiffeur dans ma ruelle de la guest house

 

KL_4

Maisons coloniales

 

Littel_INdia

Little India

 

KL_2

La grande mosquée...

 

KL_3

...et la tenue pour y rentrer!

 

Retour à la guest house pour boucler le sac….mon petit 40L de 9 kg des débuts est bien loin….Lisbeth a du me prêter son 50L pour finir, et ça déborde ! Poids à l’aéroport de KL : 17 kg ! ouh la honte ! voyager léger dans son esprit et dans son sac, c’est raté !

Un dernier plat de nouilles avant de prendre la navette pour l’aéroport, cette fois ça y est c’est fini !

 

KL_5

Dernière petite échoppe de nouilles sautées

 

Pour le retour, je tente le low cost asiatique Air Asia, je pars de l’aéroport des low cost à plus d’une heure de navette de la ville ! Ici Air Asia règne en roi, des vols pour toute l’Asie, pour la Chine, l’Australie, Paris, Londres, Téhéran défiant toute concurrence, pour peu qu’on réserve suffisamment à l’avance….à 270€ le retour direct sur Paris, je vais revenir souvent !

 

A_roport

L'insulte suprême pour des Européens (surtout les Suisses, Roger, Noémie et Aurelia, ceci est pour vous!) : oser mélanger du durian à du chocolat en appelant ça Chocolate Celebration! sacrilège!

 

Par chance, le vol est presque vide, j’ai 3 sièges pour moi, j’arrive donc à dormir un peu, entre le biryani de 3h du matin (heure malaisienne) et le biryani de 4h du matin (heure française) !  14h finalement ça passe vite !

Posté par Nyota254 à 12:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 juin 2011

Retour en Malaisie : Melaka la cosmopolite

Retour en Malaisie, après plus de 6 mois de voyage…ça sent la fin, et quand je me retourne, je n’ai pas l’impression d’avoir vécu 6 mois d’aventures! Je vais passer les 10 derniers jours à Melaka et à Georgetown sur l’le de Penang, là où j’ai passé les 1ers jours de mon voyage, il y a plus de 6 mois. Dans la catégorie « culture » du voyage, Melaka et Georgetown sont une continuité logique après Singapour (quoique ce soit plutôt le contraire) puisque ce sont principalement les habitants de ces 2 villes qui ont commencé à peupler Singapour dans les années 1820. L’architecture de Singapour est donc assez similaire à celle de ces 2 villes. Je souhaite m’arrêter à Melaka car j’y avais fait une halte express il y a 3 ans, et je veux plus découvrir, et Georgetown, pour bien sur rendre une petite visite à la famille Tan qui m’a accueillie il y a 6 mois, avant de rentrer en France.

Ma 1ere étape est donc Melaka, à 5h de bus de Singapour (les douanes malaisiennes sont toujours aussi longues !) où je m’étais arrêtée seulement une journée il y a 3 ans et où je souhaitais revenir car c’est vraiment une très belle ville. Fondée par un sultan de Sumatra et donc fortement musulmane, elle a ensuite été colonisée par les chinois, les portugais, les hollandais, et enfin cédée aux anglais. Il en résulte un magnifique patchwork de bâtiments coloniaux de diverses origines dans une ville à taille humaine qu’il est très agréable de visiter à pieds, en passant par les riches demeures chinoises ou hollandaises dans Chinatown, l’ancien fort portugais, la porte de Santiago, les églises de St Paul et du Christ, le palais du Sultan, les temples chinois, les mosquées, la tour panoramique…

Melaka_5

Le quartier hollandais pres du port

Melaka_1

Christ Church sur la place principale

Melaka_11

La porte de Santiago

Melaka_12

L'eglise St Paul

Melaka_13

La vue sur le detroit depuis l'eglise de St Paul

Melaka_10

La tour panoramique

Melaka_9

Je m’installe près du port, dans l’ancien quartier hollandais, les rues sont bordées de grandes maisons coloniales, c’est une ambiance très sympa. A la « Traveller’s Planet » Guest House, je rencontre des gens très sympas, qui semblent ne plus vouloir bouger d’ici. Je les comprends, c’est tranquille, pas le genre de ville où l’on est stressé, on dirait que tout est calme, tout le temps… Il y a beaucoup de touristes et donc les transports qui vont avec mais ouf, ils ne sont pas trop insistants! Ici la particularité ce sont les becaks (vélo avec une petite carriole sur le côté) hyper décorés avec des fleurs, des lumières, parfois une sono ! Ca fait le charme de la ville, toutes ces couleurs. Melaka est en elle-même une ville pleine de couleurs, les anciens bâtiments hollandais du centre ont été repeints d’un beau rouge « briques anglaises », les maisons coloniales chinoises sont pleines de couleurs, et les maisons hollandaises près du port ont été agrémentées de qq couleurs.

Melaka s’est construite sur le bord de la rivière et a des petits airs de Venise, si bien qu’elle a jadis été appelée la Venise de l’Est. Encore un charme supplémentaire ! Et malheureusement pour mon sac déjà bien plein, il y a plein de belles choses à acheter à Melaka!

Melaka_6

Il est donc tout naturel d’arpenter tranquillement les rues bordées de maisons coloniales dans cette belle ville en compagnie d’autres pensionnaires de la guest house, j’ai passé pas mal de temps avec Ariel, un espagnol qui prend vraiment son temps, et Paul, un allemand qui finit son séjour après 1 an passé en Nouvelle Zélande. On a beaucoup papoté, bien mangé, Melaka étant comme Georgetown et Singapour un lieu où la cuisine est excellente, on y mange la fameuse cuisine de « Nonya », la femme dans la culture peranakan, qui mélange cuisines chinoise et malaise. Ainsi bien sur qu’une excellente cuisine indienne dans le petit quartier de Little India !

Melaka_3

Melaka_17

Melaka_16

Melaka_18

Temples chinois

Melaka_15

Bonne annee du lapin!

Melaka_19

L'interieur de la grande mosquee

Melaka_4

Melaka_8

Les maisons coloniales de Hereen Street

Melaka_7

Melaka_14

Seance esssayages avec Ariel!

C’est aussi une ville de musées, on a du en dénombrer une bonne dizaine lors de notre journée de visite, galion portugais, palais du sultan, musées historique, ethnographique, de la littérature, de l’armée, des jeunes, du « souffrir pour être belle » (je ne sais pas trop comment traduire le « Museum of enduring beauty » mais c’est à peu près ça, et véridique!!)….et j’en passe ! Bref, de quoi occuper les journées pluvieuses !

Pour ma part j’ai visité le galion portugais (beaucoup de lecture dans cette reconstitution d’un galion portugais) et le musée maritime qui est lié. 2 places très intéressantes pour comprendre la construction de Melaka et son importance géographique, qui en a fait une ville très riche pendant plusieurs siècles.

Melaka_2

J’ai donc aussi pris un peu mon temps, et je comprends qu’on puisse ne plus vouloir partir d’ici, c’est vraiment agréable! Pourtant, il va bien falloir que je décolle, pour pouvoir passer qq jours sur l’ile de Penang.

Posté par Nyota254 à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2011

Couler des jours heureux à Singapour : le récit de mes aventures citadines!

J’ai essayé de mettre mes vêtements les moins pourris histoire de ne pas me faire virer en arrivant à l’aéroport de Singapour ! Ouf tout s’est bien passé, ça a juste pris une demi-éternité pour le check des passeports.

J’arrive en bus chez Olivier et Lisbeth sous des trombes d’eau, sympa pour le 1er jour! Va falloir avoir un emploi du temps qui passe entre les gouttes, en même temps entre les centres commerciaux et les musées, y a de quoi s’occuper au sec à Singapour !

Moi qui pensais rester une petite semaine, je suis restée presque 2 semaines et je n’ai pas vu le temps passer ! Mes amis étaient contents que je sois là, et j’ai été ravie aussi, je considère cette étape singapourienne comme un doux retour à la vie française, avec des activités « sociales » (un peu de supermarché, un peu de métro, faire du sport, aller chercher Emma à l’école….).

J’ai eu un rythme des plus cool, et c’est vrai que c’est une ville assez plaisante pour qui n’a pas à courir de partout pour concilier boulot et vie de famille ! Car pour qui ne connait pas Singapour, il faut préciser que c’est un pays assez particulier. C’est une ville état de 5 millions d’habitants vivant sur 604 km², à l’extrémité de la péninsule Malaisienne. Tout ici est propre et calibré, les grandes avenues bordées d’arbres, les parcs, les centres commerciaux, les véhicules et toutes les formes de transport, les gens. Tout se ressemble, et c’est comme si on ne devait voir qu’une tête lorsqu’on regarde les gens et une enfilade d’immeubles lorsqu’on regarde une avenue. C’est assez plaisant de se retrouver dans un environnement aussi clean and safe, mais ça peut je pense devenir assez oppressant quand on est un peu fun. Singapour est un pays cher, mais, comme disent mes amis, quand tu as un bon salaire (et oui !), c’est tout de même un cadre de vie rêvé. Il y a 3 ans, lorsque je suis venue pour la 1ere fois, j’avais imaginé venir m’installer ici (et travailler pour Quintiles ou Covance – ils sont tellement nuls que j’aurai pu faire consultante « comment bien gérer les échantillons des études cliniques » !!), et découvrir l’Asie du Sud Est petit à petit. A présent je ne suis pas sure d’avoir envie de vivre dans une ville pareille, c’est tout de même un peu trop clean et droit pour moi, des fois je réfléchis avant de faire qq chose genre traverser quand le bonhomme est rouge, ou essayer un tshirt par-dessus le mien dans un magasin car je me demande si c’est pas « interdit » ! Et pis maintenant je connais la moitié (le quart ??) de l’Asie du Sud Est donc y plus trop de raison de venir m’installer ici et donner l’opportunité à Quintiles ou Covance de travailler correctement (gniark gniark !!). Bref….

Mes 1eres journées se sont résumées à faire la grasse mat, répondre à tous mes mails, aller chercher Emma à l’école et sortir au resto ou chez des amis avec Olivier et Lisbeth. C’est comme si j’avais peur de sortir, de prendre le métro, d’aller « en ville », à savoir toute la partie sud de Singapour, avec Orchard Road (l’avenue des centres commerciaux de luxe et pas de luxe), Little India, Chinatown, l’Esplanade sur Marina Bay….un comble quand même quand je pense aux 6 mois que je viens de vivre, d’avoir peur de sortir du quartier pour aller en ville ! Je restais au calme dans le quartier de Hougang où habitent Lis et Olive, ce quartier typiquement singapourien avec ses HDB - sortes de HLM mais quand même plus classes, ce sont des groupements de logements relativement bon marché, centrés sur un groupe de commerces et de hawkers (les restos de rues où l’on mange très bien pour pas cher), des centres communautaires et des centres sportifs. Il y a de tout dans ces quartiers qui sont très agréables à vivre, quand on oublie que la plupart des tours ont au moins 10 étages. Il y a beau avoir beaucoup de bâtiments, l’espace n’en reste pas moins aéré avec de grandes avenues et des espaces verts et des espaces de jeu réguliers. Franchement je ne trouve pas ça désagréable du tout, et tout est bien desservi par un bon réseau de bus et de métro.

Hougang_1

La vue en bas de l'immeuble de Lis et Olive

Hougang_2

Ce qui est pratique c'est que les numéros des immeubles se voient de très loin!

Hougang_3

La vue depuis ma chambre

Ah si je me suis lancée assez vite à l’assaut d’un centre commercial de produits électroniques pour trouver un nouvel appareil photo : comment choisir au milieu de qq 200 magasins ?? De quoi y passer l’après midi voire bien plus ! Enfin j’ai un nouvel appareil, je n’ai pas réussi à franchir le pas du réflexe ou du bridge, je suis restée dans le compact, mais je me rends compte que ça me suffit bien.

Lisbeth et Olivier m’ont fait faire plein de choses, dont aller à la fête de l’école au lycée français, en gros comment se retrouver à jouer avec des gamins d’ambassadeurs ou de PDG de grandes entreprises ! Car le lycée français de Singapour c’est ça, des enfants de personnes haut placées avec des salaires mirobolants, qui passent leurs vacances en Australie, à Bali, en Chine, ou tous les pays autour de Singapour, faut dire que c’est assez central comme position, la base rêvée pour celui qui veut découvrir l’Asie du Sud Est ! J’ai aussi rencontré des employés de ST Microelectronics Singapour qui connaissent mon Canard, le monde est vraiment minuscule ! Nous sommes allés plusieurs fois au resto dont une fois sur l’Esplanade, un endroit très classe qui donne sur la Baie de Singapour, où tout est magnifiquement éclairé le soir, manger d'excellentes pizzas, ou dans un resto Peranakan; la population et la culture peranakan correspondent aux fondateurs de Singapour, ces sino-malais venus s’installer dans ce marais insalubre pour y construire une ville de commerce et d’échanges, devenue un pays ultra riche sans rien produire ni exporter, et ceci en une cinquantaine d’années, c’est assez époustouflant ! Et la cuisine est aussi bonne que l’histoire de la création de Singapour est hallucinante. Le clou de la gastronomie pendant ce séjour ayant été pour le repas du lycée, un énorme buffet de salades, foie gras, saumon, gratin dauphinois, magrets de canard, fromages, desserts, pains et vins….que ça fait du bien !!

Fete_ecole

Emma à la fête de l'école

Marina_Bay_1

Marina Sands Bay

Marina_Bay_2

Marina_Bay_5

La même vue de jour

Passée ma période d’acclimatation, j’ai bien occupé mes journées singapouriennes, en faisant les soldes sur Orchard Road (dans une ville qui ressemble à un centre commercial géant ça prend du temps !), en visitant les musées et les quartiers historiques, Chinatown, Little India, le quartier des affaires, et une véritable jungle urbaine dans la réserve de Mac Ritchie. Autant Chinatown n’est plus qu’une succession de magasins de souvenirs «I love Singapore » présentant peu d’intérêt, même si les maisons restaurées y sont très belles, autant Little India transporte le visiteur en Inde ! Ici, les rues sont loin d’être clean, ça sent l’encens et les épices, Mustafa a un immense magasin où l’on trouve de tout à toute heure du jour et de la nuit, on croise des femmes en sari, et l’on déguste d’excellents biryanis, thalis, curries, lassies….ce sont de charmantes petites rues, au détour d’une rue on trouve la plus grande mosquée de Singapour, toute proche de Arab street, charmante rue aux maisons coloniales. Non loin de Chinatown, on se sent tout petit au milieu des immenses buildings du quartier des affaires, principalement des banques ou des assurances ! Je trouve même que ça donne le tournis et je bouge assez vite sur les quais, bordés de bars et de restos ultra branchés qui se réveillent à la nuit tombée !

Emerald_Hill_1

Emerald_Hill_2

Emerald Hill

Orchard_rd_1

On ne s'ennuie pas sur Orchard Road!

Orchard_rd_2

Les magasins de luxe d'Orchard Road 

Little_India_1

Little_India_2

Little_India_3

Little India

Mosque

La grande mosquée

Arab_street

Arab Street

Chinatown_1

Chinatown_2

Chinatown_3

Chinatown

Chinatown_4

Un des Bouddhas du musée des Bouddhas!

CBD_1

CBD_2

Le quartier des affaires

Quays_1

Quays_2

Les quais bordés de bars et restos

Les musées de Singapour sont très intéressants, et venaient à point dans ce voyage. En effet, j’ai retrouvé au Musée des Civilisations Asiatiques beaucoup de choses découvertes ou vues pendant mon voyage, de la culture du riz aux temples d’Angkor, et passant par les instruments de musique de Java ou les ethnies des montagnes thaïes et laos. Un magnifique musée, simple mais très bien fourni, qui invite le voyageur à découvrir (ou redécouvrir) les différentes cultures d’Asie du Sud Est et d’Inde. Le plus grand temple chinois de Singapour, le temple à la relique de dent de Bouddha (!!) et son musée, plein de bouddhas de partout, de toutes origines, est une magnifique conclusion à ce voyage « sur la voie de Bouddha » (que je n’ai pas trouvé vous l’aurez bien compris, je crois que c’est une recherche vaine pour une pile électrique comme moi !). Sur le même registre des musées intéressants dans le cadre du voyage, je suis retournée au « Chinatown Heritage Center » qui retrace la création de Singapour, et où l’on se retrouve dans des pièces reconstituées comme antan. C’était juste misérable, les conditions dans lesquelles les sino-malaisiens ont commencé à travailler à Singapour étaient très dures, et les chinois, venus d’abord sans leurs femmes, tombaient vite dans le vice de la prostitution, du jeu et des paris. Mais tout est allé très vite, pour fonder la cité que l’on connait à présent, et qui évolue jour après jour. Le musée Peranakan, installé dans une très belle maison coloniale, éclaire sur la culture de la population peranakan, ces sino-malais qui ont construit Singapour et dont la culture est toujours très forte. Moi qui vais finir mon voyage à Melaka et à Georgetown en Malaisie, villes dont sont issus les malais peranakan, c’est juste super motivant de savoir ce que je vais y voir (ou revoir, puisque je suis déjà allée dans ces 2 villes).

Pour changer un peu de toutes ces distractions citadines, je suis allée passer une journée au Mac Ritchie Reservoir, une véritable jungle urbaine, plusieurs km2 de verdure entourant un réservoir d’eau douce qui alimente la ville. 12km de rando a priori facile, mais ce sont les conditions de la jungle, chaleur humidité et moustiques, et ceci en plein cœur de la ville, c’est surtout ça qui est époustouflant ! Au milieu du parc, un pont suspendu de 250m de long permet de surplomber la canopée et de se sentir comme au milieu de la jungle, si l’on ignore les grattes ciel que l’on aperçoit au loin ! A la fin de la journée j’étais vannée, mais la journée n’était pas finie puisque Ben, un collègue de Lis et Olivier, m’a emmenée faire la tournée des bars et boites !

Mc_Ritchie_1

Le réservoir de Mac Ritchie

Mc_Ritchie_2

Mc_Ritchie_3

On n'est pas tout seuls dans le parc!

Mc_Ritchie_4

 Mc_Ritchie_5

Le pont suspendu au dessus de la canopée

Mc_Ritchie_6

Au dessus de la canopée

Cette balade verte est venue compléter mon programme sportif de la semaine ! Lisbeth étant très sportive, je l’ai suivie, histoire de m’y remettre (doucement)….abdos le matin, yoga (1ere découverte de muscles….), footing (2eme découverte) et escalade au mur de l’école (3eme découverte, oh my god j’en peux plus!)….il m’a fallu une paire de séances à la piscine du coin pour relaxer tout ça….et c’est tellement bon d’être seule dans la piscine à 11h du matin que je ne me suis pas privée! Je suis prête pour les footings et randos dès le retour ! Ce jour là, j'ai passé l'aprem à comater à l'appart en compagnie d'Emma qui regardait des dessins animés et d'Olive qui corrigeait des copies!

J’ai aussi eu la chance d’aller voir du cirque avec Emma, au très chic théatre de Marina Bay Sands (là où y a le gros bateau….) : le spectacle ID du cirque Eloize est une merveille d’aventure citadine mélangeant hip hop, BMX, jonglage, acrobaties, contortionisme, trampoline, le tout sur une musique électro techno hip hop des plus stimulantes, un vrai coup de Guronsan et des performances plus que parfaites, c’était absolument époustouflant ! En sortant, on a pu apprécier toute la beauté de Marina Sands Bay de nuit!

Marina_Bay_3

Marina_Bay_4

Mon séjour singapourien s’est magnifiquement terminé avec une vue d’ensemble depuis le Marina Sands Bay complex, tout en haut des 56 étages, sur le bateau, tout là haut. J’ai pas honte de le dire, malgré tout le côté ultra riche et too much de cette partie de Singapour, j’ai absolument adoré, et j’aurai pu passer des heures à regarder ces merveilles architecturales. La vue est chouette du haut des tours, il y a une piscine « panoramique » (on dirait que les gens vont tomber dans le vide s’ils se mettent trop au bord), des jacuzzis, des bars, des restos. Le complex en lui-même regroupe boutiques chics, restos, bars, casino, hôtels, théâtre, ainsi qu’une esplanade et le musée des sciences et des arts. On y accède par le pont ADN, enchevêtrement de brins d’ADN en métal. Un « quartier » qui n’était pas encore sorti de terre quand je suis venue il y a 3 ans, et qui montre bien comme Singapour change de jour en jour (ils construisent d’ailleurs un jardin tropical derrière le Marina Sands Bay).

Marina_Bay_6

Vue de Marina Sands Bay

Marina_Bay_7

La fameuse piscine!

Marina_Bay_8

Marina_Bay_9

Mes chaleureux hôtes

Marina_Bay_10

Marina_Bay_11

Marina_Bay_12

Marina_Bay_13

Séance roller sur l'Esplanade

Marina_Bay_14

Le pont ADN

Marina_Bay_15

Une petite dernière vue de nuit

Je ne pensais pas rester aussi longtemps à Singapour mais je m’y suis bien plu, et il faut dire que Lis, Olive et Emma sont des hôtes parfaits, nous avons passé nos soirées à discuter, ça fait du bien quand on n’a pas vu ses amis pendant longtemps! Vivement qu’on se voit en France cet été! J’ai passé d’excellentes journées, rencontré des gens très sympas, découvert (ou redécouvert) des lieux culturels très intéressants et souvent époustouflants visuellement, repris le sport, refait une partie de ma garde robe, mangé d’excellents plats, connu qq lieux de sorties à Singapour….alors, toujours envie de m’y installer ? Franchement, j’aime trop ma ville et mes amis pour aller travailler ailleurs, même pour qq années, et à Singapour il faut bien le dire, il faut aimer faire du fric, et l’utiliser de façon démesurée, et ça, c’est pas trop ma tasse de thé (vert !). Par contre, pas de problème pour y retourner de façon ponctuelle, Singapour étant un bon portail d’entrée pour visiter l’Asie, ça évolue tellement vite qu’on peut toujours découvrir de nouveaux quartiers, et apprécier ceux qu’on connait déjà ! Un grand merci à mes hôtes pour ce bon séjour, mon voyage ne pouvait pas mieux se terminer !

Je pars à présent passer mes derniers jours en Malaisie, au programme Melaka, à 5h de bus de Singapour, puis Georgetown sur Pulau Penang pour retrouver Joan, Wei Ting, Pohny et Didi qui m’ont si gentiment accueillie il y a presque 7 mois !

Posté par Nyota254 à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2011

Couler des jours heureux à Singapour....

....et ne pas écrire son blog! C'est pas très sérieux tout ça!

Il me reste à poster les dernières journées sur Java, au jardin botanique de Bogor, et raconter un peu mes journées tranquilles à Singapour en compagnie de mes amis. Je définie ces journées comme un doux retour à la vie sociale normale : métro, supermarché, centres commerciaux, aller chercher la petite à l'école, aller au resto, faire du sport....de quoi me préparer en douceur au retour à la maison (sauf pour ce qui est d'aller chercher la petite à l'école, va falloir attendre un peu!).

Promis je m'y mets bientôt, en plus j'ai acheté un nouvel appareil photo, et Singapour tout de même, c'est à voir, alors à bientôt pour le texte et les photos!

Bisous

Posté par Nyota254 à 05:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 juin 2011

En dansant la javanaise partie IV : une bouffée d'air frais dans le jardin botanique de Bogor

2 choses avant de commencer ce dernier chapitre Indonésie : je viens de découvrir avec horreur combien mon blog est visuellement moche, ce qui est très con parce que quand j'écris tout va bien, et l'autre jour j'ai fait "voir le blog" et là j'ai eu trop trop honte de vous infliger cet horrible truc à lire....je ne suis vraiment pas douée!

2eme chose, pas de photos donc pour ce chapitre, si vous voulez voir à quoi ressemble le jardin botanique de Bogor je vous laisse le soin de taper "Bogor Botanical garden" dans Google et il se fera un plaisir de vous montrer comme c'est beau!

Je tourne donc la page Cianjur en partant le lendemain matin pour Bogor, dernière étape javanaise. Bogor est une ville proche de Jakarta et des navettes relient l’aéroport, ce qui évite de s’arrêter à Jakarta….chaque personne qui est déjà venue en Indonésie déconseille de s’arrêter à Jakarta, je vais donc bien écouter ces conseils !
La route jusqu’à Bogor passe par les montagnes, un peu comme sur le plateau de Dieng. C’est une route très encombrée, beaucoup de circulation et une route en assez mauvais état….Virginie a même été obligée de descendre du mini van pour prendre une moto pour atteindre Bogor, sinon elle aurait manqué son avion car ça n’avançait pas. Circulation lente, qui permet d’apprécier le paysage, des montagnes entourées de brume, et des plantations de thé à perte de vue.
Cette zone est devenue la destination numéro 1 des habitants de Jakarta pour le WE, c’est pas loin, il fait frais, c’est pour ça que la route est souvent très encombrée, surtout le WE, et que les « resorts » se succèdent au bord de la route, gâchant un brin le paysage. Quand on n’est pas pressé par le temps, ce trajet est très agréable, même si un brin chaotique car même quand ça n’avance pas, il faut que ça avance, alors on double par la droite, la gauche, on pile, on évite de justesse….c’est vrai qu’au bout de 6 mois plus rien de n’étonne, mais il faut bien avouer qu’ils sont très mauvais conducteurs !

Je trouve une guest house (à côté d’une mosquée, évidemment, je vais encore me réveiller tôt demain !) en face du jardin botanique, avec une belle vue sur la ville et un volcan tout proche (Gunung Halimum ?) et je fais un petit tour en ville, mais je suis toute flagada de ces courtes nuits à Cianjur.
Le principal attrait de Bogor, hormis sa proximité avec Jakarta, est son immense jardin botanique, créé au 19eme siècle par le gouverneur britannique Sir Stamford Raffles, et qui a été embelli au fil des années par différents botanistes. C’est encore un grand centre de recherche en botanique.
C’est donc à la visite de ce jardin que je consacre ma 2eme journée à Bogor.
Autant la chaleur en ville est assez étouffante, autant ce jardin apporte une bouffée d’air (relativement) frais. Passés les inévitables regards de la part de tout le monde (le jardin semble être très prisé pour les visites scolaires) avec photos, je me retrouve assez vite seule au milieu de toute cette verdure, ça fait du bien ! Il y a de tout, des bambous, des palmiers, moult variétés d’arbres venant de toute l’Indonésie (y a du choix), et même des zones comme « plantes du Mexique », « plantes aquatiques »….il y a une maison de l’orchidée où j’admire encore une fois toute la grâce de ces fleurs….on peut en acheter pour moins de 10€, une aubaine vu le prix que ça coute chez nous….mais ça va pas être facile à ramener !
Le palais présidentiel jouxte le parc mais on ne peut le visiter que sur RDV, que je n’ai pas pris évidemment ! Des daims vivent leur vie tranquillement dans le jardin….avec toute cette végétation, les petits jets d’eau, les petits lacs et les daims, j’ai vraiment l’impression d’être au Parc de la Tête d’Or….j’ai trop hâte de retrouver les après midi et les pic nics au Parc !
Malgré la circulation non loin, on a l’impression d’être dans une bulle de silence, et je passe au final plus de 4h à marcher dans cet environnement tellement reposant ! J’adore ces endroits !
Je finis la visite par le musée, plutôt musée d’histoire naturelle je dirai, avec toute une collection d’oiseaux, de petits mammifères, d’insectes, de crustacés et de serpents (pour de faux hein !)….j’arrive en même temps que tout un collège, on ne s’entend même pas penser dans tout ce brouhaha. Je me dis que je devais être pareille, à leur âge. A la différence qu’ils ont tous un portable dernier cri avec lequel ils prennent moult photos (et le reflet de la vitrine qui va avec), alors qu’on ne vienne pas me dire que l’Indonésie est un pays pauvre hein ! (et que par conséquent, il est normal de se faire voler, puisque c’est un pays pauvre….non mais !).

Une belle journée pour finir ce séjour en Indonésie, je rentre à l’hôtel pour boucler mon sac….je vais essayer de me coucher tôt, je me lève à 4h pour attraper la navette pour l’aéroport. Comme je ne sais pas trop combien de temps il va falloir pour parcourir les 60 pauvres km jusqu’à l’aéroport, je préfère prévoir large !

4h du matin, le muezzin appelle à la prière, mon réveil sonne, et je viens juste de m’endormir, je sens que la journée va être longue !
Sur le trajet jusqu’à la gare routière, le marché est déjà installé et tout le monde s’affaire à vendre et acheter, et il est seulement 4h30 ! Si tôt ! Euh…..n’étant vraiment pas du matin, je me rends compte seulement maintenant que la vie dans ces pays commence très très tôt ! (non je m’en étais déjà rendu compte mais je ne m’étais jamais retrouvée avec mon sac à dos en plein milieu du marché à 4h30 du matin !).
Le trajet jusqu’à l’aéroport a été très rapide, mais comme dirait l’autre «à Jakarta la circulation c’est quitte ou double », valait mieux partir tôt ! L’aéroport est immense, avec quasiment autant de terminaux que de compagnies aériennes ! Non bien sur que non, mais il y en a beaucoup (des terminaux et des compagnies aériennes)! Forcément, pour un pays aussi grand et aussi étalé, il est bien sur beaucoup plus rapide de voler, et souvent moins cher, avec le boom des low cost ici (j’ai d’ailleurs payé mon vol pour Singapour 36€ !). 3h plus tard je suis enfin dans l’avion, une page se tourne définitivement dans mon voyage, à présent les 3 dernières semaines vont se faire encore plus à la cool, pour commencer à Singapour (si tant est que ce puisse être à la cool à Singapour !) où je me réjouis de retrouver Olivier, Lisbeth et Emma qui vivent ici depuis 6 ans maintenant. Olive et Lis sont profs au lycée français et ont toujours plein de choses à raconter, et Emma doit être aussi grande que moi à présent (elle a 5 ans !)…j’ai hâte !
 
En conclusion, que penser de ce mois passé en Indonésie (tiens, je me rends compte que je n’ai fait aucune conclusion pour aucun pays, faut que j’y remédie !) ?
Bon ok ça n’a pas trop bien commencé, et du coup je n’ai certainement pas profité de ce pays comme il se doit. En même temps, pour profiter de l’Indonésie, il faut à peu près une vie, à raison de presque 20000 îles, presque autant de cultures, et des durées de trajets assez longues, y a moyen de ne pas s’ennuyer !
Je l’ai fait à la cool, à mon rythme, pour ne surtout pas stresser et ne pas en repartir dégoutée!
J’étais d’ailleurs un peu contente en lisant le blog du frère de mon ami Christophe, qui est parti en famille et en carrosse (camping car) pendant 1 an, car ils ont eu un peu le même sentiment que moi par rapport à Bali : si tu n’es pas prêt à lâcher tout ton budget voyage là bas, va voir ailleurs !
Bali, et Ubud en particulier, sont devenus à tel point touristiques que plus rien n’est gratuit, tout est lié à l’argent, on se demande même si les sourires vont devenir payants ! Et je ne parle pas de Kuta, car je m’y suis arrêtée seulement 2h, juste assez pour me faire piquer de la thune !
Mais au final, entre mon petit séjour avec les hollandais, mon séjour chez Edga, et mes petites escapades montagnarde et culturelle, je suis relativement contente de ce mois passé ici. Je remercie encore chaleureusement les artistes de Percéka qui m’ont vraiment donné une belle image de leur culture, de leur région, de leur pays.
Il y a un truc qui m’a bien gonflée en Indonésie, c’est cette habitude que les gens qui parlent un peu anglais, et qui voient des touristes, ont de se mêler de tout. « Où va tu ? » « De quel pays viens tu ? » (bon ça c’est dans d’autres pays aussi mais ici je l’ai juste moins bien supporté !). « Aujourd’hui je t’emmène à Borobudur ? Prabanan ? Sultan Palace ? » (des fois même ils te proposent ça alors que le lieu en question a déjà fermé). A Bogor y en a un qui a commencé à me parler en me disant « tu habites à la Pensione Firman et ce soir tu vas au Sun Set cafe »…. « euh excuse moi mais de quoi je me mêle,  non je n’habite pas à la Pensione Firman – euh si en fait ! – et non ce soir je ne vais pas au Sun Set cafe, merde alors !! ». C’est juste chiant (oui je suis grognon) quand tu as envie d’être tranquille, que les gens se mêlent de ta vie comme ça !

Voilà, c’était le mot de la fin pour l’Indonésie : les Indonésiens, mêlez vous de ce qui vous regarde !!
Sinon je reconnais que c’est un pays magnifique qui recèle de surprises autant naturelles que culturelles, peut être le pays le plus diversifié au monde (vu la superficie d’étalement et la position géographique, ça aide), et donc une mine d’or touristique, mais aussi une mine d’or pour ceux qui cherchent les endroits encore vierges, je pense qu’ils sont nombreux ici !

Posté par Nyota254 à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mai 2011

En dansant la Javanaise partie III : découverte de la culture sundanese à Cianjur, Java ouest

Dernière journée à Yogya avant le train de nuit pour Bandung vers l’Ouest, puis Cianjur, une petite ville où Yudi, un javanais, a créé une sorte d’écotourisme avec logement chez l’habitant, visite de la région et participation aux activités du village. Ma presque dernière étape indonésienne !

 

Lorsque nous étions au spectacle de Ramayana, nous avons discuté avec Virginie, une française expatriée depuis 4 ans à Nouméa, qui fait un petit tour d’Asie du Sud Est avant son retour en France.

J’ai passé ma dernière journée à Yogya avec elle, à discuter, et elle a décidé de venir avec moi à Cianjur pour ses dernières journées sur Java, plutôt que d’aller se perdre dans l’enfer de Jakarta.

Virginie est infirmière, et en discutant, MSF, mission, on découvre qu’on a une connaissance commune, Christelle Scaparone, qui fait partie de MSF à Lyon et qui a aussi travaillé en Ouganda sur le terrain où je suis partie en 2005 ! Que le monde est tout petit petit !!

Elle me raconte plein de choses sur la Nouvelle Calédonie, dont je ne connais absolument rien !

Et aussi ses excursions à Lomboc, et aux volcans Kawah Ijen et Bromo…..elle a été beaucoup plus courageuse que moi !

 

Car oui, et les volcans indonésiens, me direz-vous ? Pourquoi n’es tu pas allée voir 1 ou 2 volcans, avec toute la batterie disponible en Indonésie ?

Et bien, et bien, que dire… ?

Comme vous le savez, je suis arrivée en Indonésie à reculons, ma motivation des 1ers mois de voyage avait perdu de sa superbe, et les petites mésaventures de la fin des Philippines et de l’arrivée à Bali m’ont qq peu mise sur les rotules. A Bali, je n’aspirais qu’à une chose : être tranquille, et ne pas me confronter à qui que ce soit !

Et quand on lit les guides, les forums, vouloir approcher, ou monter sur un volcan (mont Batur à Bali, Bromo et Kawah Ijen à l’Est de Java) promettent de bons combats avec les guides locaux. Les volcans représentent une grande partie du tourisme en Indonésie, et ça peut faire peur, vu de l’extérieur, de se faire agresser à l’arrivée sur les sites . Pour ma part, je n’avais pas envie de me retrouver face à une horde de guides ou d’agences de treks en arrivant sur l’Est de Java, ou au mont Batur. Je sais que ces volcans sont impressionnants, et que c’est un peu sacrilège de les zapper quand on vient en Indonésie, mais je n’avais tout simplement pas envie de dépenser beaucoup d’énergie pour organiser ces ascensions. De l’énergie, à ce moment là, je n’en avais plus. Je n’en ai encore, à l’heure actuelle, plus tellement, même si ça va mieux.

D’après ce que m’a raconté Virginie, ce n’était pas si difficile, elle a tout fait toute seule comme une grande, avec des locaux qui l’ont transportée ici et là, et elle a vécu de très bons moments, et elle dit surtout que c’est extrêmement impressionnant !

Je ne regrette pas, à ce moment là ce mon voyage, c’était comme ça, et j’avais plus envie de prendre mon temps, de réfléchir, que de courir et essayer de voir, moi aussi ces volcans. C’est une originalité, Java sans l’ascension d’un volcan, je l’ai fait plus cool, la fille qui n’a pas envie de se lever tôt pour voir un magnifique lever du soleil !

 

Voilà pour le chapitre « pourquoi je n’ai pas vu de volcan en Indonésie »….ceci dit j’en ai vu des volcans, mais de loin, je ne les ai pas approchés, ni fait l’ascension, mais ce que j’ai vu me satisfait pleinement !

 

Bref, nous voilà dans le train de nuit pour Bandung, Virginie et moi. Même si les sièges sont confortables (pas de couchette en Indonésie), on n’a pas dormi, à cause des nombreux arrêts, de la lumière, des fumeurs…..encore 2h de bus et nous voilà à Cianjur, petite ville de l’Ouest de Java, où Yudi et ses amis ont créé un programme de logement chez l’habitant (Yudi lui-même) et de découverte de la culture de cette partie de Java. De nombreuses excursions sont proposées par Yudi et ses amis, qui parlent très bien anglais et d’autres langues, le français en l’occurrence.

http://www.cianjuradventure.com/

 

Dès notre arrivée, David, un prof de géo qui parle très bien français et « qui adore la France » (il n’y est jamais allé) s’occupe de nous.

Il nous emmène à un mariage hyper classe, nous avons un peu l’air de ploucs avec nos plus belles vieilles fringues, tout le monde est sur son 31, avec une dominante de rouge. C’est le défilé pour les photos, puis le déjeuner. La plupart des femmes sont voilées, et selon les « règles de vie » indiquées chez Yudi, il est interdit de sortir les épaules et les genoux dénudés.

Mariage 1

 

Mariage 2

(Merci à Virginie de m'avoir généreusement donné ses photos!)

 

Après le mariage David nous emmène visiter la mosquée et nous fait faire le tour du marché traditionnel.

Cianjur est une ville finalement assez grande avec plein de petites rues de partout, pas facile de s’y retrouver seule ! Heureusement ils s’occupent bien de nous, et la ville est desservie par moults mini van donc on peut toujours montrer l’adresse pour rentrer si on s’aventure seul en ville !

Mosquée

 

Marché 1

 

March__2

 

Il y a peu de touristes ici, du coup nous sommes regardées de façon un peu insistante, et pour couronner le tout tous nos efforts d’apprentissage du bahasa indonesia (qui se résume à Bonjour et Merci pour moi) sont vains puisqu’ici on parle le Sundanese (à ne pas confondre avec le sudanese)….bref, ils parlent pour nous !

En tout cas elle me parait sympa cette ville, avec son centre autour du marché, de la grande mosquée, et des bureaux du gouvernement. Il y a ici encore qq bâtiments datant de la colonisation hollandaise, qui donnent un beau cachet au centre ville.

 

Après une bonne nuit dans notre cage à lapin (notre chambre) adjacente à la cuisine et à la salle de bain (je pense que le Lonely, très enthousiaste par rapport au programme de Cianjur, n’a pas du voir notre « chambre »), c’est journée de marche dans les rizières pour atteindre un village rural où nous prendrons notre déjeuner. Ici, le riz est déjà repiqué, les champs sont aussi en terrasse pour la plupart, il fait beau, l’eau des rizières brille sous le soleil. C’est calme, on passe de petits villages de qq maisons devant lesquels les enfants jouent.

Notre hôtesse, une dame d’un certain âge très gentille et très souriante, nous a préparé un bon déjeuner, on goute aussi le sucre roux fait à partir de la sève de palmier, très bon (on dirait du caramel) et on fait une petite sieste avant de repartir dans les champs.

Village_1

David et moi sur le chemin, à l'arrière d'un pick up

 

Village_2

 

Village_3

 

Village_4

 

Village_5


Village_6

Préparation du sucre de palme

 

Village_7

 

Village_8

 

Village_9

Après le déjeuner

 

Comme il est encore tôt David décide de nous emmener voir la plantation de thé Gede, avec l’usine, puisque Virginie part demain. C’est une bonne 1/2h de mini van chaotique pour atteindre le sommet, où la plantation s’étend à perte de vue, sous le Gunung Gede, dans la brume à cette heure ci. Tout comme les rizières, j’adore les plantations de thé, surtout sous le soleil (là c’est raté !) car les feuilles de thé sont d’un vert très lumineux.

Malheureusement l’usine est déjà fermée et on ne peut pas voir le processus….en même temps, vu le bâtiment, j’aurai tendance à dire que je suis contente de ne pas y être entrée !!

Village_10 

Village_11


On redescend à pieds en coupant par les plantations de thé car il faut rejoindre la route principale pour trouver un transport….la brume se lève et la nuit tombe, hum hum ça doit être original de passer la nuit au milieu d’une plantation de thé !

Bon on y arrive quand même, mais la journée n’est pas finie, David nous invite à diner chez lui pour nous montrer tous ces livres en français, il est tellement fier ! Moi j’en peux plus, et là les petites voisines, qui sont des élèves de David, viennent pour voir « les boulets » (oui c’est comme ça qu’on nous appelle ici, très glorieux….pour ma part je ne pense pas que je referai le boulet une seconde fois….). Elles sont toutes timides et passent 10 min à pouffer entre elles, puis ça va mieux et là c’est la séance de photos avec portables dernier cri qui commence….misère ! Bon ok j’exagère, elles sont mignonnes, mais qu’est ce que ça me gonfle ce genre de choses quand j’ai envie d’aller me coucher !!

Village_12

La fameuse séance photos


Bref…..c’est mon côté grognon qui ressort, de temps en temps !

On a quand même mangé d’excellentes brochettes de poulet à la sauce arachide avec la spécialité de Cianjur, le lontong, du riz gluant cuisiné avec du tofu dans du lait de coco, pas mauvais du tout !

 

Mes 2 dernières journées à Cianjur auront été illuminées par un groupe de jeunes musiciens chanteurs danseurs, bref des artistes. Virginie est partie ce matin, je suis flagada, je n’ai pas envie de faire grand-chose. Je demande un massage et je me retrouve un peu revitalisée après une heure de pressions énergétiques de la part d’une petite vieille !

Je vais donc à l’atelier de musique « Percéka », qui est aussi une activité proposée par Yudi. Il s’agit tout simplement d’assister à leur cours de musique traditionnelle sundanese, ce n’est pas une représentation, et on peut aussi participer. Grande artiste que je suis, je pense que je vais m’abstenir !

http://perceka.wordpress.com/

Cliquer sur Translate pour avoir la page en anglais!

 

Percéka a été créé il y a qq années par Pa Tatang (Pa = Monsieur), un petit monsieur édenté tout gentil, dont 3 des enfants font parie du groupe. Sa plus jeune fille s’est illustrée dans de nombreux concours de kacapi (instrument à cordes typique de Cianjur), en Indonésie et à l’étranger. Elle peut aussi jouer d’autres instruments, dont le gamelan, sorte de xylophone aussi typique de Cianjur, chanter, danser….comme la plupart des autres jeunes qui font partie de Percéka. Ce sont des artistes, pluridisciplinaires, d’ailleurs « Percéka » signifie pluridisciplinaire.

Il y a une ambiance des plus détendues et des plus agréables au sein de ce groupe de jeunes. Ils me font une petite démo de musique sundanese, et Pa Tatang veut que je joue aussi…..rrrrrrr je suis pas douée moi ! J’ai vraiment pas le rythme !

Perceka_1

3 des élèves (merci à eux de m'avoir aussi donné leurs photos!)

Perceka_2

Pa Tatang croit que je peux être douée en musique! il est chou!

Perceka_3

 

Perceka_4

 

Puis tout le monde bouge au bureau du représentant du gouvernement car demain dimanche, le ministre de l’agriculture sera là et Percéka fait une représentation pour l’occasion, à laquelle je suis cordialement invitée ! Et en plus je vais voir les répèts !

Ils ne se prennent pas au sérieux, ils font les fous fous, et ils répètent au dernier moment, mais c’est juste super bien ! Et toujours un petit sourire pour moi, une petite attention, ils sont adorables ces jeunes!

Je me réjouis d’être à demain !

Perceka_5

 

Perceka_6

 

Perceka_7 

Perceka_8

 

Perceka_9

 

Perceka_10

 

Perceka_11

 

Perceka_12

 

Perceka_13

Un kaléidoscope de mes amis musiciens, désolée de ne pas avoir retenu tous les prénoms!

 

Perceka_14

 

Chez Yudi, un couple franco belge est arrivé, Nico et Géraldine, alors ça papote français ! 3 anglaises arriveront tard dans la soirée, à grands coups de présentation dans le salon comme s’il était midi, et de passages par la salle de bain….bref, finie la tranquillité, et vue la taille de la maison de Yudi, ça va être du vrai homestay avec densité de population indonésienne !

Résultat de cette courte nuit, je n’ai pas entendu mon réveil (pour le coup ma nuit fut plus longue que prévu !) et j‘ai loupé la représentation, qui se tenait à 10h !! les boules de chez boules !

Quand je suis arrivée, à 10h10, j’étais persuadée qu’ils n’avaient pas encore joué….et 2h plus tard, quand ils ont commencé à tout remballer, j’ai dit « mais vous ne jouez pas ?»….. «Estelle on a déjà joué, à 10h »….NON !!

Bon pour me consoler j’ai assisté au discours du ministre de l’économie, hein, je suis ravie, et il y avait une expo des produits typiques de Cianjur, comme le batik (dont un modèle que je regrette de ne pas avoir acheté) et surtout des produits agricoles comme le sucre de palme, les mangues, les piments….

Perceka_15

La préparation des filles, elles sont trop belles!

 

Perceka_16

 

Perceka_17

 

Perceka_18

 

Perceka_19

Après la bataille!

 

Perceka_20

Le ministre de l'économie!

 

Perceka_21

 

Le groupe est retourné à l’atelier et je les ai suivis, on a déjeuné tous ensemble et passé l’après midi à discuter, faire la sieste, jouer de la musique, regarder des petits films de danse sundanese…quelle excellente journée en leur compagnie ! J’ai peut être loupé la représentation mais j’avais eu la répétition, et surtout j’ai eu tout le reste de la journée avec eux, groupe soudé, qui s’entraide (surtout pour trouver les mots quand ils veulent me parler en anglais!), qui passe leur temps à rire et faire les fous, à fredonner ou à danser

 

Perceka_22

Pa Tatang est multidisciplinaire!

 

Perceka_23

La relache après le spectacle


Merci les jeunes, « Nuhun » (merci en sundanese), et merci Pa Tatang, pour ces bons moments avec vous, pour votre accueil, le temps que vous m’avez consacré, pour votre talent ! Si qqn projette des vacances en Indonésie, et arrive ou part par Jakarta, il faut passer par Cianjur et visiter Percéka, mon meilleur souvenir de l’Indonésie !

 

Pour terminer cette belle journée, tous les invités de Yudi (les belges, les anglaises et moi) dinons d’un bon lontong sur la terrasse, avec le jeune Henri (un autre membre de l’équipe) qui nous révèle lui aussi ses talents à la guitare et au chant !

Posté par Nyota254 à 15:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]